vagabond-2wheels-around the world

vagabond-2wheels-around the world

Le Vagabond gaulois cible un canard !

La communication franco-anglo-espagnol !

La communication franco-anglo-espagnol !

7 décembre 2018...

 

Le hasard, comme toujours depuis le début de ce trip :

Ce matin, sans vraiment réfléchir, ma moto m’emmène dans la petite ville de Progreso afin de respirer l’air iodé de l’atlantique tout en errant sur la plage. Après quelques photos complétées par un arrêt à la cantine, je retrouve ma p’tite bavaroise garée non loin des lettres « PROGRESO » pour un dernier cliché le long de la promenade.

Soudain, deux personnes s’approchent, appareils photos sous le bras et m’engagent la conversation : des journalistes. Intéressés, j’expose mon « errance aventureuse qui répond à une obstination de découverte ». Captivés, malgré mon espagnol inopérant et mon anglais atteignant une maitrise d’un gamin de 12 ans, au bout d’une heure, je remis les gaz et les quittèrent sur une dernière photo.

 

« Merci à toi, Mathilde ; cet article a enfin trouvé sa place. »

 

N.B.: Google vous a traduis l'article, la langue de Cervantes n'est pas connue de tous.

 

 

Attiré par la culture maya

 

Le rugissement de la puissante moto d'Anthony Turpin se perd le long de la jetée Progreso.

Après avoir décidé de commencer un tour du monde, qu'il a d'abord dessiné dans son esprit, puis l'a capturé sur une carte qu'il a placée aux extrémités de la machine qui est son compagnon, l'ancien militaire gaulois de 40 ans a quitté Strasbourg, ville Française frontalière avec l'Allemagne.

Il y a quatre mois, un voyage a commencé à visiter, découvrir, des régions, des villes et des villages sur quatre des cinq continents de la planète.

Progreso était la prochaine étape de l'itinéraire d'Anthony hier, qui est parti de Strasbourg - son nom en français -, une ancienne ville gauloise plus proche de Stuttgart, en Allemagne (108 kilomètres), que de Paris, la capitale de la France, à 398 kilomètres.

Mince, grand, le visage immobile d'Anthony, à peine coloré par le soleil du Yucatan, contraste avec ses vêtements noirs, son équipement spécial et sa moto, avec lesquels il a déjà parcouru le Canada, l'Alaska, la côte ouest des États-Unis, le nord et le centre du Mexique, avant d'atteindre le sud-est, notamment au Yucatan, où il se dit attiré par son histoire, la culture maya, ses zones archéologiques et, bien sûr, sa riche gastronomie.

La conversation avec le militaire à la retraite, célibataire, survient de façon inattendue, lorsque Turpin a pris des photos sur la place où le mât de drapeau monumental et les lettres qui identifient Progreso sont, à la fin de la section est de la promenade, devant l'emblématique "Maison" du gâteau »du port.

Avec quelques difficultés, et dans un mélange d'anglais avec du français et quelques phrases en espagnol, Anthony raconte après avoir quitté la Light City avec ses bagages. Sa moto BMW, modèle F 800GS, qui atteint une vitesse de 200 kilomètres à l'heure avec des accessoires spéciaux: la carte qui montre les endroits dans le monde qu'il parcourt et un petit drapeau français qui flotte à côté de son siège; Son équipement spécial pour résister aux températures extrêmes et certains vêtements, il est arrivé à Montréal, la principale ville de la province de Québec, au Canada, où il a commencé à dévaler les routes de l'extrême nord du continent américain, y compris l'Alaska.

Après avoir visité Miami, la Nouvelle-Orléans et d'autres villes américaines qui s'étendent le long du golfe du Mexique, l'aventurier français est entré sur le territoire mexicain par l'extrême opposé, sur la côte est. Là, dans le nord du Mexique, il a commencé son transit à travers les États de la côte de l'océan Pacifique jusqu'à ce qu'il atteigne le Yucatan.

Avant-hier, après un parcours sans heurt dû à l'insécurité qui sévit dans certaines régions du pays, il est arrivé à Mérida, avec une escale à Uxmal, une ancienne cité maya préhispanique qui l'a laissé, selon ses propres mots, impressionné. "Uxmal est merveilleux, unique." Dans la capitale du Yucatan, le motard est resté une nuit.

Avant de partir pour Ciudad del Carmen et Campeche, Turpin visiterait les sites archéologiques de Dzibilchaltún et Chichén Itzá, et plus tard, demain dimanche, poursuivra son long voyage à travers l'Amérique centrale et du Sud jusqu'à l'endroit où les terres sud-américaines se rétrécissent, en Patagonie. Puis, du côté de la mer Atlantique, faits une escale à Buenos Aires, en Argentine, où il prévoit de monter à bord d'un avion pour se rendre dans un autre hémisphère lointain, l'Australie.

Et de là, après avoir contourné la côte australienne du petit continent, continuer en Asie, au Japon, et enfin se rendre en Russie, en Mongolie et dans d'autres pays d'Europe de l'Est pour revenir au point de départ de son odyssée par le monde, sa maison sur le sol français, Strasbourg.

 



19/04/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres